Accueil > Sites partenaires
La Mini Entreprise-EPA, un an après....

article_1_an_apres

Nous n'avions plus l'impression d'être en cours. Et pourtant nous avons énormément appris !

 

L'année dernière, Sihem était directrice générale de la Mini Entreprise-EPA LavObio (lycée Lavoisier, Mulhouse). Son équipe produisaient et commercialisaient un détergent bio multi-usages. Louis, Joseph et Yann, anciens mini-entrepreneurs de Be’Creative (lycée Blaise Pascal, Colmar) avaient conçu un support à skis et rollers innovant. Ensemble, ils reviennent sur leur expérience.

 

 

Vous avez monté votre Mini Entreprise-EPA l'année dernière. Que retenez-vous de cette expérience ?

 

Louis, Joseph et Yann : C’est une expérience unique, qui nous permis de rencontrer des professionnels. Lors des séances mini entreprises, nous étions en autonomie et nous sentions que nous avions beaucoup de responsabilités. En fait, nous n’avions plus l’impression d’être en cours. Et pourtant nous avons appris énormément !

 

Sihem : J'ai aussi beaucoup appris ! En tant que directrice générale, j'ai souvent pris la parole en public : lors des assemblées générales ou encore au moment du championnat. Devant des dizaines de personnes, c'était un vrai challenge ! Nous voulions convaincre notre public, leur faire ressentir notre motivation et notre engagement pour ce projet. J'ose maintenant prendre la parole sans me poser de question, j'ai beaucoup plus confiance en moi. Cette expérience m'a aussi donné envie de créer ma propre entreprise, une fois mes études terminées. Et j'ai déjà ma petite idée ! Je me suis rendu compte que c'était à ma portée, qu'il était possible de créer une entreprise à partir d'une feuille blanche.

 

 

Quel moment vous a le plus marqué ?

 

Joseph : Voir, pour la première fois, notre produit (un support à skis et rollers) finalisé. C’était la concrétisation de toute la phase de réflexion en équipe.

 

Louis et Yann : Avec notre projet, nous avons eu la chance d’être les champions régionaux dans la catégorie lycée. Nous sommes donc allés défendre notre Mini Entreprise à Paris, au concours national. Cela reste notre meilleur souvenir. Le niveau était très élevé, toutes les questions étaient en anglais. C’était aussi intéressant de voir les projets des autres régions et de discuter avec les mini-entrepreneurs qui venaient des quatre coins de la France !

 

Sihem : Le moment qui m'a le plus marqué était le championnat régional. Particulièrement lorsque les jurys et les visiteurs nous posaient des questions sur notre produit, s’y intéressaient sincèrement et nous félicitaient. Nous étions tellement fiers d’épater des professionnels !

 

 

Quels conseils donneriez-vous aux mini-entrepreneurs de cette année ?

 

Louis, Joseph et Yann : Travailler l’anglais dès le début, faire attention au planning car on a tendance à avoir de bonnes idées trop tard. Et surtout, prendre un maximum de plaisir dans la mini entreprise !

 

Sihem : La motivation, la motivation, la motivation !